Nina Gorlier | Portrait d’auteur

C’est à sa plume élégante et magique que nous devons La Bête du bois perdu et La Mélodie des limbes (à paraître le 15 septembre 2021) chez Magic Mirror éditions, je suis heureuse d’accueillir Nina Gorlier pour ce premier Portrait d’Auteur !

Nina, c’est ce genre d’auteur dont l’univers me parle et m’appelle. J’aime son imaginaire, ses références, les images qu’elle fait naître sous nos paupières. J’apprécie aussi qu’elle ne choisisse jamais les chemins faciles en termes d’intrigue (comme supprimer l’histoire d’amour entre la Belle et la Bête dans La Bête du bois perdu). Mais ce que j’adore par-dessus tout c’est la profondeur de son écriture, le sens qu’elle met derrière chaque mot, la culture dont elle fait preuve.

Je vous invite aujourd’hui à découvrir qui se cache derrière la plume !

*

Bonjour Nina ! Merci d’avoir accepté de répondre à mes questions aujourd’hui, je suis ravie que ce soit toi qui ouvre le bal … Je me souviens encore de la tension et l’émoi que j’ai ressenti à la première lecture du manuscrit La Bête du bois perdu et ce roman a une place toute particulière dans mon cœur.

Je te propose donc un petit portrait chinois. La particularité ? Tu peux y répondre tel quel ou inverser certaines questions (« si j’étais un animal, je ne serais PAS …) 😉

Si tu étais un animal, tu serais … un chat. Pas très original je sais, mais avec mon caractère on va rester dans le cliché de l’auteure introvertie avec son chat x)
Si tu étais une plante (fleur, arbre…), tu serais … un hortensia.

Si tu étais un élément, tu serais … la terre.
Si tu étais une saison, tu serais … le printemps.
Si tu étais un moment de la journée, tu serais … le crépuscule.
Si tu étais un des cinq sens, tu serais … la vue.

Si tu étais une pièce de la maison, tu serais … le salon (dans un fauteuil bien au chaud, avec une tasse de thé).

Si tu étais un livre, tu serais … Si l’on me tend l’oreille d’Hélène Vignal. Un coup de cœur. Je me suis reconnue dans cette histoire de vagabonds en quête de liberté, trouvant une famille auprès de leurs compagnons de route. Ce roman est une véritable invitation au voyage, à la simplicité et à l’amitié.
Si tu étais un personnage de fiction, tu serais … Jo March (Les Quatre Filles du Docteur March). C’est une héroïne que j’ai découvert dans mon enfance et qui déjà à l’époque a résonné en moi par son rêve d’écriture, son désir d’indépendance et son rapport conflictuel aux sentiments.
Si tu étais un mot, tu serais … « imagination ».
Si tu étais un film, tu serais … Si tu te tends l’oreille des studios Ghibli. C’est ma madeleine de Proust.

Si tu étais un conte, tu serais … La Petite Sirène. La mélancolie et la plume d’Andersen m’ont toujours fascinée.
Si tu étais un super pouvoir, tu serais … la capacité à voyager dans le temps, mais comme une spectatrice invisible. Je voudrais observer les événements de l’histoire et des personnalités historiques pour satisfaire ma curiosité, mais sans prendre le risque d’interférer et faire n’importe quoi. X)
Si tu étais une créature légendaire / imaginaire, tu serais … une dryade (pour leur proximité avec la nature.)

Si tu étais la lettre idéale, tu serais … tout simplement celles échangées avec une vielle connaissance, au fil des années, comme une habitude.

Si tu étais une mauvaise habitude, tu serais … la procrastination. J’ai toujours tendance à rêvasser à de nouvelles histoires plutôt que d’avancer dans mon travail !

Si tu étais un plat, tu serais … des pâtes à la bolognaise.

Si tu étais un instrument de musique, tu serais … une flûte traversière.

Merci beaucoup pour tes réponses ! <3

Retrouvez les romans de Nina chez Magic Mirrror éditions et vous pouvez suivre son actualité et ses chroniques littéraires sur son blog !

Vous aimerez peut-être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *