Vous avez terminé votre roman et vous vous apprêtez à l’envoyer à votre Bêta Lecteur pour avoir un premier retour. Oui, mais est-ce que vous savez ce que vous devriez lui demander pour être sûr d’avoir un retour constructif, qui vous aidera à améliorer votre premier jet ?

Dans cet épisode, je reviens sur ce que moi je regarde quand je bêta lis un texte, c’est subjectif, mais ça peut déjà vous faire une base travail ;). En bonus, retrouvez la fiche qui regroupe toutes les questions à télécharger gratuitement 😀

Vous êtes auteur et vous cherchez une relecture professionnelle de votre roman ? Je suis là !


Sandy

Les livres et les bonnes histoires m’ont toujours accompagnée. Dans mes loisirs, comme dans mes études. Après un baccalauréat littéraire, j’ai suivi ma passion jusqu’en licence de Lettres Modernes puis jusqu’en Master à l’intitulé nébuleux (Imaginaires et Genèses littéraires) après lequel j’ai pris une année de pause en pensant me consacrer à mes petits projets trop longtemps remis au lendemain avant de poursuivre mon cursus en thèse. Cette année fut d’une richesse incroyable, j’y ai appris énormément de choses et surtout j’ai entrepris ! J’ai lancé ma chaîne youtube, le présent blog, j’ai fondé Magic Mirror éditions, j’ai écrit mon premier roman et entamé le deuxième … Tant et si bien que la thèse attendra encore un peu

4 Comments

Zoé · le 5 mai 2021 at 12:40

j’aime bien tes podcasts… 🙂 et celui-ci je l’attendais avec impatience ! Ca m’aide vraiment bien, je n’ai jamais fait ça et je vais commencer cette activité, dans le cadre d’un comité de lecture d’une ME. C’est un peu différent car le texte a, a priori, déjà été relu, mais en fait, les interrogations et critères d’attention restent les mêmes.

Il y a des points auxquels je suis très très sensible et que je sais repérer/formuler, d’autres un peu moins. Ca va me permettre d’avoir l’ensemble des aspects bien en tête.

je me pose cependant une question. Le bêta lecteur pointe les incohérences, les choses qui coincent en argumentant évidemment… mais est-ce que cela s’arrête là ou est-ce dans son rôle aussi de proposer des alternatives ? Du style « là tu as écrit ça, tu pourrais peut-être tourner ça plutôt comme ça… ? » Où s’arrête son rôle dans l’accompagnement ?

Merci en tout cas pour tes explications, c’est vraiment très utile, d’autant que tu as aussi le point de vue éditorial… !

    Sandy · le 5 mai 2021 at 13:24

    Merci infiniment d’être allé l’écouter et d’avoir pris le temps de commenter !
    Participer à un comité de lecture c’est une chouette expérience et finalement ça peut aussi être formateur de s’interroger sur des textes comme ça.
    Pour ce qui est de la reformulation, je suppose que ça dépend de chaque bêta lecteur. Personnellement, je n’aime pas proposer des reformulations parce que je ne voudrais surtout pas que mes mots se retrouvent dans le texte d’un auteur (dans le sens, je trouve très intrusif finalement de proposer sa propre façon de formuler, j’aurais peur que ça donne un effet « Je pense savoir mieux formuler que toi ce que tu as voulu dire » et ce n’est pas du tout une posture que je veux adopter :p), je veux que chaque mot dans un texte soit décidé par son auteur. Les seuls cas où je propose des reformulations c’est quand il y a un souci de syntaxe ou de grammaire, je reformule la phrase pour qu’elle soit grammaticalement correcte, c’est tout 🙂
    Je suis profondément heureuse si cet épisode a pu t’intéresser, merci encore !

Zoé · le 5 mai 2021 at 19:52

Oui, je suis d’accord avec toi, c’est vrai que cette position serait difficile à avoir, et risquerait aussi d’être mal perçue, à raison d’ailleurs.

Par contre, même si j’entends tout à fait ton point de vue sur le choix des mots par l’auteur et le respect de ce choix, je me demande, en autoédition souvent d’ailleurs, si ces mots sont vraiment choisis et réfléchis, ou s’ils sortent tout seuls.
Il m’est arrivé d’avoir l’impression de lire des premiers jets, pas mauvais du tout, écrits en français correct, mais plats. Sans effet, sans vague, sans relief. Un récit comme on pourrait en faire un à l’oral.
Dans ces cas-là, ce n’est pas facile de juger de ce qui relève du « fait exprès » et qui du coup est porteur de sens aussi, de ce qui manque de travail sur le texte.

Je pense qu’au fur et à mesure de l’expérience acquise de bêta-lecture, on doit être plus à l’aise pour ressentir ces choses-là…

    Sandy · le 6 mai 2021 at 9:12

    Je comprends, c’est toujours un peu délicat de se positionner mais c’est pour ça qu’il faut discuter avec l’auteur, pour savoir ce qu’il a décidé en conscience ou non, ce à quoi il est attaché. Et le guider aussi : si un de ses choix nuit à la qualité de la lecture, je lui explique pourquoi tel choix donne tel effet, par contre je le laisse décider et s’il a envie de conserver cela tout de même, il le fait en connaissance de cause.
    Après pour les phrases un peu plates et autres, j’ai tendance à les surligner en détaillant pourquoi la tournure n’est pas super et je propose à l’auteur de la retravailler. Eventuellement, quand ça s’y prête, je donne des exemples de reformulation possible mais ça reste marginal.

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *