Golgotha : voyage, reliques et Moyen-âge

IMG_5539

Novembre 1094, duché de Bourgogne. Elianor, fille de guérisseuse, apprend qu’elle n’est pas si ordinaire qu’elle le croyait : elle a été désignée dès sa naissance par une société secrète pour être celle qui réunirait les Saintes Reliques du Christ, seul moyen de défaire le mage noir Jörgmungand, dont les ténèbres ont corrompu jusqu’au Vatican lui-même. Nous sommes à l’aube d’un long voyage initiatique entre l’Occident et le Moyen-Orient, où l’héroïne,en plus de remplir la mission qui lui incombe, va se découvrir et se révéler, aux côtés de ses acolytes rencontrés en chemin. (suite…)

La Tour : quand roman jeunesse et SF font bon ménage

Les romans spécifiquement classés « jeunesse » (comprendre : destinés aux 10-12 ans) ont une fâcheuse tendance à m’exaspérer. Bien souvent, les intrigues sont insipides, édulcorées à souhait et les personnages sont stéréotypés à mourir. Ce n’est pas parce qu’on a 10 ans que l’on n’est pas capable d’apprécier une bonne intrigue bien ficelée, avec sa part d’ombre et ses protagonistes un peu complexes. (suite…)

L’Enchanteur : chevalerie, amour et modernité

« Il y a plus de mille ans vivait en Bretagne un Enchanteur qui se nommait Merlin. Il était jeune et beau, il avait l’œil vif, malicieux, un sourire un peu moqueur, des mains fines, la grâce d’un danseur, la nonchalance d’un chat, la vivacité d’une hirondelle. Le temps passait sur lui sans le toucher. Il avait la jeunesse éternelle des forêts. ». Ainsi débute le roman merveilleux de René Barjavel. Avec son Enchanteur, il revisite et s’approprie ce que l’on appelle la matière de Bretagne. L’écrivain se fait conteur et se promène au gré des légendes arthuriennes afin de réactualiser ces mythes séculaires en leur restant étonnement fidèle[1]. Il choisit Merlin, l’enchanteur fils de démon, comme point d’ancrage, comme pivot de son récit. Ce personnage, aussi fascinant qu’insaisissable, insuffle au texte une ambiance féerique, entre rêve et chevalerie, entre divinité et émotions humaines. (suite…)

Les Voies d’Anubis : voyage temporel, loup-garou et déception

Ce fut long, ce fut fastidieux, mais j’ai enfin terminé ma lecture des interminables Voies d’Anubis par Tim Powers. Ô soulagement salvateur !

Si vous vous êtes amusés à guetter ma petite image « Lecture en cours », vous avez pu remarquer qu’elle n’a pas été mise à jour depuis des siècles un mois, et pour cause ! J’ai été totalement accaparée par ce roman tentaculaire qui m’a perdue au fil des pages, sapant peu à peu mon envie de replonger le nez dedans. (suite…)

Chienne de langue française !

À l’heure où une bonne partie d’internet s’émeut ou s’indigne à l’idée de voir disparaître nos accents circonflexes et le [i] de « oignon », j’ai eu envie de vous parler d’un petit livre que j’affectionne particulièrement et que j’aime à feuilleter en ces temps troubles pour la langue de Molière. (suite…)

La Nuit de la lune bleue : humour, frisson et licorne

Imaginez un preux chevalier affrontant les épreuves de sa noble quête. Figurez vous le valeureux destrier. L’armure, splendide, à l’image du prince qui la porte. Vous le voyez ? Et bien, oubliez le ! La Nuit de la lune bleue vous fait découvrir l’envers du décor : la difficulté de faire ses besoins quand on porte une armure complète, les licornes revêches qui servent de monture, les missions –suicides auxquelles on aimerait bien couper, comme le fameux dragon à occire. (suite…)

La trilogie des Dieux

Nous avons tous nos auteurs spéciaux, ceux-là qu’on a aimé dès la première ligne et qui nous donnent le sentiment de retrouver un vieil ami quand on découvre leur dernière parution, qui nous font vibrer à un point tel que leurs écrits fictionnels s’érigent en ligne de conduite pour notre vie réelle. S’il est bien un écrivain qui a un tel effet sur moi, c’est bien Bernard Werber.

(suite…)

Harry Potter : Le Grand Atlas et La Galerie des Portraits

Comme pour beaucoup de personnes, la saga Harry Potter revêt une place particulière dans mon cœur de lectrice. J’ai croisé ces romans de façon inopinée quand j’avais 9 ans et ils ont confirmé puis décuplé mon goût pour les livres et les mondes imaginaires. Les tomes et les films ont accompagné la fin de mon enfance, mon adolescence et aujourd’hui encore ils me sont chers. (suite…)

Podium fictionnel 2015 : de la SF, un Roi Soleil et des Vikings

L’année 2015 s’achève doucement, et d’ici quelques jours elle ne sera qu’un souvenir. Elle aura été une année lourde, difficile. Que ce soit à cause de l’atroce actualité, qui m’a fait douloureusement prendre conscience de la fragilité de la civilisation, ou de ma vie personnelle, de ma validation du Master jusqu’au divorce de mes parents en passant par mon affreuse expérience de Service Civique et mon aménagement avec mon chéri, cette année aura été celle des émotions difficiles à gérer. Face à ces moments compliqués, j’ai eu besoin, encore plus qu’à l’accoutumée, de me plonger dans des fictions. Aussi voici ce que j’appelle mon Bilan Fictionnel 2015, le top 3 des histoires (tous supports confondus)  qui m’ont emportée et qui m’ont marquée cette année. (suite…)

Abonnez-vous à ma Newsletter