La vie d’entrepreneure est faite de hauts et de bas, de tentatives, d’espoirs, de ratés et parfois de belles surprises.

Il y a quelques mois je vous annonçais que je lançais des ateliers d’écriture, un projet hautement excitant pour moi. Aujourd’hui j’aimerais vous expliquer pourquoi, après trois ateliers, j’arrête de fournir cette prestation.

Et malgré le titre un peu grandiloquent, ce n’est pas grave. J’en ai rêvé, je l’ai tenté, j’ai passé de beaux moments et j’ai beaucoup appris. Cela n’a pas marché comme je l’espérais, tant pis, ça fait partie du jeu.

Cet été 2021, l’idée a germé dans mon esprit. Nostalgique des ateliers d’écriture que je suivais pendant mes études (et qui m’ont beaucoup apporté), j’ai cherché pour voir ce qui se faisait autour de chez moi sans trouver mon bonheur. Et comme souvent quand je ne suis pas satisfaite, je n’ai pu m’empêcher de me dire : « Si l’atelier que je cherche n’existe pas, pourquoi ne pas le créer moi ? ». Et j’étais partie pour une nouvelle aventure littéraire.

J’ai imaginé un atelier en visio-conférence pour ne pas me limiter à une zone géographique, avec à chaque fois des exercices de styles courts pour affuter les plumes et un exercice d’écriture créative un peu plus long. Je me suis inspirée des ateliers auxquels j’avais pu assister pendant deux ans, des ouvrages théoriques que j’ai pu lire depuis et de mes expériences acquises auprès des textes sur lesquels j’ai eu la chance de travailler avec Magic Mirror et mon activité de bêta-lectrice.

J’ai proposé un premier atelier de découverte, gratuit. Le second portait sur l’écriture des personnages et le troisième (qui aura lieu le 28 novembre) travaillera les premières phrases de romans.

J’ai passé de merveilleux moments lors de ces ateliers (et il me tarde de tenir celui de novembre). Je n’ai reçu que des retours très positifs. Les auteurs qui ont participé aux deux premiers ateliers ont tous été très actifs et les échanges qui en ont découlé étaient très enrichissants.

Et pourtant, j’arrête.

Pourquoi ? La réponse est simple : ce n’est pas assez rentable. Le rendement n’est pas assez intéressant. Et quand on travaille à son compte (d’autant plus avec un bébé comme co-worker), chaque minute compte. On ne peut se permettre de consacrer des heures à une activité qui ne rapporte pas d’argent, aussi passionnante soit-elle (d’autant plus quand on le fait déjà avec, par exemple une maison d’édition, oui Magic Mirror, je parle de toi).

Je sais que ça met souvent mal à l’aise de parler d’argent, encore plus de corréler argent et passion. Mais aujourd’hui j’ai envie de vous livrer les dessous de cette petite activité.

Alors voilà, allons-y pour les calculs.

Le premier atelier était gratuit. J’ai passé environ 4h à le préparer (recherche, rédaction, préparation du support visuel), 3h à le promouvoir (création du produit sur le site, réseaux sociaux, article de blog, newsletter), j’ai mis 30 minutes à installer/désinstaller mon setup et l’atelier a duré 1h30. Comptez donc environ 9h de travail.

Cet atelier était complet avec 10 auteurs (et une quinzaine en liste d’attente).

Le second atelier, celui sur les personnages, était le premier atelier payant. La place était à 22 €.

J’ai une fois de plus passé environ 4h de préparation, cette fois-ci j’ai bien bossé 5h sur la communication (les places partant beaucoup moins vite que celles du premier atelier j’ai multiplié les publications, les stories et les newsletters) et on va compter une fois de plus 2h d’atelier (installation et atelier en lui-même) cette fois-ci un dimanche (pour coller aux demandes formulées après le premier atelier).

J’ai vendu 4 places. Donc 88€.

Mais comme les autres places ne partaient pas, la dernière semaine avant la date de l’atelier j’ai lancé une promotion et baissé mon prix. Par souci d’équité j’ai remboursé la différence aux auteurs déjà inscrits. Aucune place supplémentaire n’a été vendue.

Avec les remboursements, j’ai donc travaillé environ 11h et touché 70€.

Pour le troisième atelier, le topo est même en termes d’horaire, et à ce jour j’ai également vendu 4 places. 70€.

Si le tableau reste le même, j’aurais ainsi reçu 140€. Sur lesquels je paie 30% de cotisations sociales. Il me reste donc 98€.

Voilà. Je vais peut-être vendre quelques places supplémentaires pour l’atelier du 28. Mais à ce jour on peut considérer que j’ai touché 98€ pour environ 30h de travail, dont 4h sur des dimanches soirs.

Vous le constatez par vous-même : l’exercice a beau être passionnant, ce n’est pas viable pour moi de le maintenir.

Alors, merci à toutes les autrices qui sont venues vers moi lors de ces ateliers, ces moments étaient absolument inspirants pour moi et j’ai adoré animer ces workshops pour vous. Merci pour votre soutien et votre enthousiasme. Ce produit s’achève mais je compte bien recycler les exercices de moult manières différentes donc s’ils vous intéressent, restez connectés.

Et, du coup, il reste des places pour le dernier atelier, celui 28, pour les motivé(e)s :p

Categories: Écriture

Sandy

Les livres et les bonnes histoires m’ont toujours accompagnée. Dans mes loisirs, comme dans mes études. Après un baccalauréat littéraire, j’ai suivi ma passion jusqu’en licence de Lettres Modernes puis jusqu’en Master à l’intitulé nébuleux (Imaginaires et Genèses littéraires) après lequel j’ai pris une année de pause en pensant me consacrer à mes petits projets trop longtemps remis au lendemain avant de poursuivre mon cursus en thèse. Cette année fut d’une richesse incroyable, j’y ai appris énormément de choses et surtout j’ai entrepris ! J’ai lancé ma chaîne youtube, le présent blog, j’ai fondé Magic Mirror éditions, j’ai écrit mon premier roman et entamé le deuxième … Tant et si bien que la thèse attendra encore un peu

0 Comments

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *