Pourquoi se marier aujourd’hui ?

                  Pourquoi se marie-t-on, de nos jours ? C’est une vraie bonne question qui se pose là, dans notre société occidentale actuelle. Jadis, on se mariait (ou plutôt on se faisait marier) pour lier deux familles ou deux clans, parce que c’était comme ça et que des générations entières de traditions l’avaient décidé ainsi. Mais aujourd’hui ? Dans la majorité des cas nos parents ne nous forcent plus la main, l’émancipation des femmes leur permet de vivre seules sans être sous la coupole d’un mari alors, je me répète, pourquoi est-ce que l’on choisit de s’unir pour la vie quand rien ou presque ne nous y oblige ?

Il existe des dizaines de manières de s’engager. Il y a le pacs, les promesses que l’on se fait (qui peuvent avoir plus de poids que les contrats formels), la vie conjugale qui de fait nous engage, le fait d’avoir des enfants ensemble (certainement le plus grand engagement que l’on puisse prendre) … Alors pourquoi le mariage continue-t-il d’exister ? Et moi, pourquoi me suis-je mariée ?
J’ai demandé autour de moi. J’ai sondé les couples mariés et je crois que j’ai eu autant de réponses différentes que de personnes rencontrées.
On m’a souvent répondu « Pour former une vraie famille officielle où l’on porte tous le même nom » quand il y avait déjà des enfants dans le couple. 
On m’a aussi évoqué une tradition religieuse, une volonté de s’unir devant le sacré.
Certains couples de mon entourage ont trouvé dans le mariage une occasion à ne pas manquer pour faire une énorme fête avec toute la famille et tous les amis (et j’approuve :p).
Prouver son amour devant tous les proches est une raison qui est également pas mal ressortie.
« Parce que c’est comme ça que se passe la vie » m’a-t-on répondu une fois.


Mais je ne me suis reconnue dans aucun de ces schémas. Nous n’avons pas encore d’enfants et dans tous les cas j’ai choisi de conserver mon propre nom. Il est vrai que recevoir un livret de famille est très émouvant, mais cette émotion je l’ai ressentie une fois le livret en main, ce n’est pas ce qui m’a motivée à me marier. Exit la religion : nous avons opté pour une cérémonie laïque. La grosse teuf, évidemment c’est toujours cool, mais ce n’est pas ça qui m’a décidé à dilapider plus d’argent que je ne pourrais en gagner en deux ans de travail. « Parce que c’est comme ça et puis c’est tout » est tentant de facilité mais ne me convient pas, j’ai besoin de donner du sens à ce que je fais. Alors j’ai cherché tout au fond de moi pour comprendre. 
Il est vrai que depuis toute petite je me rêve en mariée. La faute à Disney et à mon obsession des princesses. La question ne s’est jamais posée pour moi : j’ai toujours été certaine que je marierai un jour. Avant même de rencontrer le mari en question. Du coup, pendant un moment, à rêver de mariage avant même de connaître l’amour, j’ai cru que mon envie de noces n’était rien d’autre que l’attrait de la belle robe et le désir un peu narcissique d’être une princesse le temps d’une journée. Mais bref, le mariage c’est une évidence pour moi depuis toujours.
Sauf que quand Monsieur a posé le genou à terre pour me demander ma main, au cœur de l’explosion dans ma tête, une petite pensée s’est quand même distinguée : « OMFG mais non je suis pas prête Oo ! ». Bon, of course, j’ai dit oui. Parce que c’est lui et qu’il était hors de question de lui dire non. Mais tout de même, je ne me sentais pas prête. Alors que je me préparais à cette demande depuis mes 5 ans. 

En écrivant une lettre remise à Monsieur le jour J, je me suis forcée à creuser un peu autour de ça et je me suis souvenu de mes rêves de petite fille : quand je me fantasmais en mariée, je me voyais adulte. Je me voyais « grande ». Devenir Madame, c’est très sérieux, c’est une affaire pour les adultes. Et au moment de la demande, j’étais loin d’être une adulte à mes yeux et dans ma tête. Du coup je ne correspondais pas à l’image que je m’étais construite de moi en mariée. D’où le sentiment de ne pas être prête. Et le vertige de voir arriver ce jour-ci si important de ma vie sans être la personne que j’aurais voulu être à ce moment-là.
Plus ou moins consciemment, accepter l’idée de me marier a été un cap compliqué et heureusement l’année et demie des préparatifs m’a laissé le temps de me préparer. Durant cette phase pré-mariage, je suis passée par des étapes clés. Des moments que j’avais imaginé toute ma (courte) vie et que j’ai vécu comme des cérémonies à parts entières : les essayages de la robe avec ma maman, l’enterrement de vie de jeune-fille et la dernière nuit chez mes parents. Ce que je pressentais s’est cristallisé le matin des noces. 


Je porte le même collier (le petit ange que vous avez certainement aperçu dans mes vidéos) depuis mes 15 ans. Je ne l’enlève jamais. Il n’est pas vraiment beau mais c’est ma mère qui me l’a offert à un moment pas très cool de mon adolescence et je n’ai jamais réussi à le quitter. Pourtant, le matin du 19 mai, j’ai dû le dégrafer. J’ai reçu un autre collier de la part de ma maman, tout autant symbolique (fabriqué à partir de ses propres bijoux fondus et agrémenté de petites surprises qui représentent beaucoup pour nous deux) mais plus adulte dans la forme. C’est peut-être bête, mais en posant mon petit ange dans son écrin pour enfiler un nouveau bijou autour de mon cou, j’ai compris. 
Évidemment, j’aime l’homme que j’ai épousé et le mariage concrétise, officialise notre amour. Plus que « Pourquoi je me marie ? », la question qui se pose est « Que représente le mariage pour moi ? ». Toutes les réponses sont valables et chacun a la sienne propre. Pour moi, mon mariage, c’était un rite de passage. J’ai vécu chaque instant des préparatifs et du jour J comme des cérémonies qui me préparaient à évoluer, à grandir. Si je ne me sentais pas adulte au moment de la demande, c’est parce que le mariage en lui-même allait me transformer en ce sens. Quand j’ai enlevé mon pendentif d’ado, c’est comme si j’avais rangé mon enfance pour passer à autre chose, changer d’étape dans ma vie. Je ne sais pas si je suis devenue une adulte, en tout cas je ne corresponds pas à l’image que je m’en faisais petite, mais clairement j’ai passé un cap. 
Et vous, alors, que représente le mariage à vos yeux ? 🙂

Vous aimerez peut-être aussi...

4 comments

  1. Rappelle moi l’objet de toutes tes activités ? Les contes de fées. Et c’est quoi la thématique recurante des contes dont tu nous parles si souvent? Le passage à l’age adulte,non? Les rites de passage, tout ça tout ça. Alors déformation professionnelle dans l’analyse de tes sentiments où c’est juste que tu vis un conte de fées ?

  2. Félicitations !
    Et merci pour ce très bel article, c’est vraiment intéressant de chercher à comprendre ce « pourquoi ? », tu analyses tout ça avec sincérité en plus – c’est émouvant ! ^^ Et le fait que tu partages cette aventure, ce cap de ton existence, avec nous est touchant aussi.
    Les photos sont superbes, tu es vraiment sublime, la robe te va à ravir (le costume de Monsieur lui sied également très bien 😉 ) et j’adore le décor livre !

    Belle continuation à vous deux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *