Poison : Blanche-Neige, du sang et des paillettes

Quand il s’agit de choisir un livre, je suis une vraie pie : c’est la beauté de la couverture qui m’attire. Aussi, quand j’ai aperçu Poison, avec son superbe papier glacé carmin et son allusion claire aux contes de fées, il m’a tout de suite tapé dans l’œil et je l’ai adopté sans même lire le résumé.

Mal m’en a pris, puisque je me suis fort ennuyée avec ce petit texte et ma première lecture s’est arrêtée au bout de quelques pages. Il a joliment dormi dans ma bibliothèque quelques mois et je l’ai ressorti il y a peu pour préparer un petit projet dont je vous ferai part sous peu.poison

Poison, comme il est facile de le deviner, est une réécriture du cultissime conte Blanche Neige. Le scénario demeure plus ou moins le même : une marâtre aussi belle que cruelle tente par tous les moyens de tuer sa belle-fille aimée de tous car elle est  plus jeune, plus jolie et plus gentille (précisons que je résume là TRÈS grossièrement l’intrigue).

J’avais de gros a priori quand j’ai repris la lecture de ce livre mais j’ai été agréablement surprise de constater que l’adaptation avait été faite à partir du texte de 1812[1] et non pas en fonction du dessin animé de Walt Disney. De ce fait, on dénombre bien trois tentatives de meurtre à l’encontre de Blanche-Neige : le corset qui manque de l’étouffer, le peigne empoisonné et la célèbre pomme. Il n’y pas non plus de baiser d’amour, c’est bien un accident pendant le transport du cercueil qui décoince le morceau de fruit de sa gorge et fait se réveiller la jeune fille. On pourrait énumérer d’autres points communs entre les deux textes mais je vous laisse le plaisir de les découvrir si ce n’est pas déjà fait.

Poison est donc étonnement fidèle à l’histoire qui l’a inspiré. Mais à la différence du conte originel, le roman se plaît à multiplier les points de vue : la reine, le chasseur, le prince et d’autres se voient alors dotés d’une psychologie plus développée que dans le texte des frères Grimm[2]. Ce procédé donne plus de substance aux personnages. On connaît alors le véritable dessein de la reine maléfique, on comprend pourquoi le chasseur épargne la belle, on en apprend plus sur l’attachement que portent les nains à la princesse … L’élaboration du roman reste assez subtile car elle respecte les évènements du conte, retransmet plutôt cette ambiance éthérée propre au Blanche-Neige de 1812, tout en comblant les ellipses de ce dernier. C’est une réécriture de la même histoire mais pour un public peut-être plus âgé, les scènes de sexe crues sont légion et l’auteur insiste sur la noirceur et les ténèbres dans lesquelles est embourbée la reine, personnage aussi glaçant
qu’attachant.

On y retrouve une pratique à la mode et qui fonctionne souvent très bien : le mélange des contes. On considère alors que chaque conte de fées n’est pas un vase clos mais se déroule dans le même monde que les autres. Ici on peut alors croiser un Aladin psychopathe, une chaussure de Cendrillon ou encore la sorcière gloutonne d’Hansel et Gretel. Cet univers élargi annonce et prépare les deux tomes suivant : Charme et Beauté (dont les couvertures sont tout aussi sublimes).

poison2

 

La lecture est agréable en dépit d’un style d’écriture on nepeut plus banal, mais je craignais de m’ennuyer, connaissant déjà sur le bout des doigts ce conte de mon enfance. Que nenni ! La fin, en présentant ce qu’il advient après le mariage de la belle, nous réserve une surprise qui réveille les dernières pages.

Sans être le roman de l’année, ce joli petit livre a le mérite d’exister et modernise indéniablement le fameux conte que nous connaissons toutes en le rendant plus sensuel, plus fouillé et en donnant plus de personnalité aux protagonistes.

Et vous, vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

 

Référence : PINBOROUGH Sarah, Poison, Bragelonne, Milady, 2014.

 

[1] Les contes émergent pour la plupart de la tradition orale ainsi il existe plusieurs versions modifiées en fonction de la personne qui la raconte, jusqu’à ce que quelqu’un consigne l’histoire par écrit. Pour Blanche-Neige, la version la plus connue est celle mise en forme par Jacob et Wilhelm Grimm, parue en 1812.

 

[2] Je ne dénigre pas là le conte, bien au contraire. Mais il faut savoir que le conte de fées est un genre littéraire bien particulier avec des codes tout autant singuliers. De fait, les personnages de contes sont des stéréotypes (la bonne fée, le prince etc) qui agissent en fonction de leur classe archétypale et ne sont pas mus par une réelle psychologie. C’est comme ça.

Vous aimerez peut-être aussi...

7 comments

  1. Yeah!!
    Déja bravo pour le blog, je suis contente de te voir ici ^^
    Et sinon tu m’as donné envie avec ce petit livre, j’aime bien les trucs autour des contes de fée aussi ^^

    1. Maw ça me fait plaisir aussi d’être de retour sur la blogo, ça m’avait manqué 🙂
      Chouette ! Il a l’avantage de se lire très vite (et je peux te le prêter si tu veux. Non non, je ne cherche pas du tout à te revoir par tous les moyens :p )

    1. J’ai du mal moi aussi au début et j’ai du m’y reprendre à plusieurs fois avant de réussir à lire Poison jusqu’au bout :/

    1. Haha tu peux tenter, au pire il n’est pas très long et comme c’est écrit relativement gros il se lit plutôt vite 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *