Podium fictionnel 2015 : de la SF, un Roi Soleil et des Vikings

L’année 2015 s’achève doucement, et d’ici quelques jours elle ne sera qu’un souvenir. Elle aura été une année lourde, difficile. Que ce soit à cause de l’atroce actualité, qui m’a fait douloureusement prendre conscience de la fragilité de la civilisation, ou de ma vie personnelle, de ma validation du Master jusqu’au divorce de mes parents en passant par mon affreuse expérience de Service Civique et mon aménagement avec mon chéri, cette année aura été celle des émotions difficiles à gérer. Face à ces moments compliqués, j’ai eu besoin, encore plus qu’à l’accoutumée, de me plonger dans des fictions. Aussi voici ce que j’appelle mon Bilan Fictionnel 2015, le top 3 des histoires (tous supports confondus)  qui m’ont emportée et qui m’ont marquée cette année.

A la troisième place du podium, on retrouve un petit ouvrage que j’ai découvert cet été : La Nuit des temps de René Barjavel. Il existe peu de livres que je conseillerais à tout le monde les yeux fermés, sans prendre en compte leur âge ou leurs affinités littéraires. A dire vrai, les romans au charme tel qu’ils pourraient séduire n’importe quel lecteur, je les dénombre sur les doigts de ma main. La Nuit des temps en fait partie.

Barjavel-Rene-La-Nuit-Des-Temps-Livre-894628484_ML

Ce livre m’a été recommandé par un collègue de travail, lors d’une conversation improbable et inspirante entre deux dossiers. Le lendemain, l’objet trônait sur mon bureau et je l’ai dévoré en quelques jours. Je l’ai lu partout : en douce au boulot, pendant mes pauses, le soir en rentrant, je me suis même retrouvée à arriver en avance le matin pour pouvoir tourner fébrilement les dernières pages dans ma voiture. Une telle ferveur ne m’avait plus enflammée depuis longtemps.

L’histoire débute dans l’Antarctique, où un groupe de scientifiques français (frigorifiés mais curieux) fait une mystérieuse découverte sous la glace : une installation multi millénaire qui ne peut être l’œuvre que d’une forme sur évoluée d’intelligence, à une époque où nous supposions que seuls des singes peuplaient la Terre. Nos hommes de science vont alors réunir une équipe internationale composée des plus brillants esprits du moment pour  partir à la découverte des vestiges laissés par cette civilisation dont nous ignorions tout.

C’est un roman de rétro-science-fiction qui réactualise le mythe séculaire, déjà évoqué par l’Atlantide et l’Hyperborée,  d’une civilisation ancienne plus avancée que la nôtre. Sous forme de huis-clos peuplé de fantasmes scientifiques, il ouvre les portes d’une utopie fabuleuse. C’est aussi un sublime chant d’amour qui va au-delà des mots et des millénaires. J’ai adoré ce livre car il mêle science, mythe, polar et amour. L’auteur parvient à aborder avec énormément de justesse des thèmes aussi différents que l’égalité homme/femme, la linguistique appliquée à la cryptographie, l’origine du monde et des civilisations …

Sans vous en dévoiler trop, la révélation finale porte l’histoire vers une tragédie parfaite et même si l’on ne sait pas tout, si tous les mystères ne sont pas révélés, et bien en refermant le livre nous avons le sentiment d’une histoire complète. Cela faisait longtemps qu’une lecture ne m’avait pas procuré une telle sensation. Si vous ne l’avez pas encore lu, et même si la science-fiction n’est pas votre tasse de thé, n’hésitez pas, foncez vous le procurer !

Avec mon mémoire, cette année j’ai eu peu de temps pour les lectures plaisir, il n’est donc pas étonnant de retrouver sur la seconde marche du podium, non pas un livre, mais une série ! Je suis férue de bonnes séries et je suis plutôt difficile en la matière, mais Versailles a su me captiver et m’emporter loin du quotidien. J’ai englouti l’unique saison disponible en très peu de temps. Dès le premier épisode on se retrouve bombardé à la cour de Louis XIV avec ses intrigues, ses faux-semblants, sa magnificence647549.189 et surtout son roi qui n’est pas encore tout à fait le Roi Soleil. Menée tambours battants et conçue de façon à ce que aucun épisode ne soit ennuyant ou plus léger que les autres, Versailles dévoile l’intimité de Louis XIV : ses cauchemars et ses rêves de grandeur, ses faiblesses, ses amours, sa relation tumultueuse avec son frère, le fantasque et touchant Philippe d’Orléans.

Cette première saison a tout juste ! L’histoire est passionnante, brûlante, riche en surprises et en émotions, tout comme les intrigues secondaires qui ne déméritent pas. Le scénario mêle subtilement faits historiques et fiction, moments drôles et scènes dramatiques. Chaque personnage est léché, fouillé et finement interprété. Je ne parlerai pas des costumes et des décors grandioses qui subliment le tout, sinon j’y passerais des heures.

Je brûle d’impatience à l’idée de déguster la saison 2 dont le tournage débute en janvier. Je n’aurais qu’une chose à vous conseiller : en 2016 laissez-vous charmer par les belles boucles de Georges Blagden 😉

couv_61
Je suis jalouse de ses cheveux, j’avoue

 

Enfin, la fiction qui m’a le plus marquée cette année et qui remporte la première place est une autre série : Vikings ! A mes yeux, elle est du même acabit que Versailles. Elle retrace l’histoire de Ragnar Lothbrok, héros semi légendaire des mythes nordiques qui aurait été le premier à lancer des raids contre les riches terres de l’Ouest Chrétien, père de figures historiques ayant réellement existé comme Björn Ier Järnsida Ragnarsson. Nous avons donc là une série qui allie histoire, mythe et fiction, et c’est le genre de détail qui me plaît beaucoup.

VikingsS3_01

Alors, autant vous dire, les vikings ne m’ont jamais attirée, de même que la mythologie nordique. Quand on m’a proposé cette série, je n’ai pas dépassé le premier épisode. Je n’ai pas accroché, c’était trop violent et aucun personnage ne me semblait charismatique. Et puis … Et puis mon chéri a insisté pendant des mois en m’assurant que cette série valait la peine d’être vue, j’ai retenté l’expérience et au troisième épisode j’étais totalement accro. J’ai appris à découvrir et à aimer cet univers qui ne m’avait jamais plu.

rollo_vikings_season_2_tv_series_2014-1920x1080
Coucou Rollo !

Par où commencer ? Les personnages. J’ai vite révisé mon avis. Chaque caractère est extrêmement bien construit. Ragnar, le personnage principal, est brillant, en avance sur son temps, déterminé, touchant et complètement nigaud parfois. Lagertha est impressionnante, géniale, drôle, sensuelle et on a envie de lui ressembler. J’ai néanmoins une préférence pour Rollo, le frère de Ragnar ultra sexy qui ne sait pas trouver sa place et oscille toujours entre trahison et loyauté, et Athelstan le moine anglo-saxon capturé lors d’un raid qui va finalement s’intégrer à la communauté viking, à ses mœurs et sa religion sans jamais parvenir à oublier son Dieu chrétien. Son amitié poignante avec Ragnar illustre parfaitement cette période trouble de basculement entre le monde païen et l’ère de la chrétienté.

L’ambiance de cette série est vraiment particulière et elle prend aux tripes, c’est notamment dû à la bande son qui est excellente et qui joue un vrai rôle dans la composition des scènes, et à la manière de filmer qui rend certaines images sublimes.  Le scénario est parfaitement ficelé, rien n’est édulcoré et c’est très difficile de décrocher. D’ailleurs, en attendant la saison 4 en février, j’ai un gros manque. Enfin, les acteurs sont extrêmement bons.

Je sais, je suis un peu dithyrambique quand il s’agit de Vikings, mais c’est vraiment ma fiction coup de cœur de l’année. C’est une belle surprise, une série sur laquelle je ne misais pas beaucoup et qui pourtant m’a emportée.

 

Je m’arrête ici, sinon l’article ferait des pages et des pages, mais je n’exclus pas l’idée de dédier une chronique à ces deux séries. Les avez-vous vues ? Qu’en avez-vous pensé ? Sinon, avez-vous envie de les voir ? Quel est votre podium des fictions 2015 ?

Je vous souhaite une très bonne année 2016, puisse-t-elle être douce, emplie de joie et d’accomplissements personnels. A très bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *