Le Sceau des éléments, Secrètement (tome 1)

IMG_5779

Elementa est le pays des mages, peuplé d’êtres capables de maîtriser avec plus ou moins de talent et de facilité les éléments[1] mais ce monde-là a été envahi par des êtres ténébreux et cruels guidés par le sombre Lord Morgue et les mages sont contraints de se terrer.  Le premier opus de cette trilogie écrite par le jeune Nataniel Marquis, intitulé Secrètement, nous plonge directement au cœur de l’action avec Aldhemar un mage d’eau qui découvre brusquement ses origines et sa destinée. L’adolescent se lance à corps perdu dans un voyage semé d’embûches pour tenter de retrouver les sept armes forgées par les derniers résistants aux Nébuleux. Son chemin est parsemé de combats, d’adversaires, de surprises et de belles rencontres : Erwynn, le mage d’eau, Fergal le mage de fer, Salem le sorcier et l’ensorcelombre Evannlyn marquent ce premier tome.

La fantasy est mon genre de prédilection, j’adore ça, j’en lis beaucoup, depuis des années aussi je suis à la fois bon public et ultra exigeante quand il s’agit de récit se revendiquant de cet univers. J’étais curieuse quoiqu’un peu sceptique en commençant ce roman mais autant vous dire que mes doutes se sont vit envolés et j’ai passé un excellent moment de lecture.

Si vous êtes attaché aux longues descriptions et aux moments calmes où la contemplation est reine : passez votre chemin ! L’auteur nous offre ici un récit survolté où les actions, les affrontements et les découvertes s’enchaînent dans un rythme effréné. Cette densité d’action aurait pu épuiser le lecteur mais il n’en est rien, la cadence endiablée nous préserve de l’ennui et fait en sorte qu’il soit difficile de poser le roman une fois entamé.

Bien que multiples, les protagonistes sont tous attachants, intéressants et plutôt bien travaillés. Mêmes les personnages secondaires qui n’apparaissent que très peu ont un véritable charisme, comme l’éclatante Ningaï Solaris ou le fantôme de la Dame en Noir et ses lames acérées. Je me suis prise d’affection pour Salem et je suis impatiente d’en savoir plus sur ce sorcier tiraillé entre sa fidélité envers Aldhemar et son amour filial.

IMG_5775

L’univers dans lequel évoluent ces personnages est aussi crédible qu’ils sont captivants : tout est cohérent, soigné, fouillé. L’écrivain pousse le souci du détail jusqu’à créer un alphabet de toute pièce et s’en servir pour disséminer des messages codés dans son texte !

Quant au style d’écriture, il est très agréable et surtout remarquable quand on sait que Nataniel Marquis avait 11 ans au moment de l’écriture. On soulignera la finesse du vocabulaire utilisé : cela faisait très longtemps que je n’avais plus eu à chercher dans le dictionnaire un mot croisé au détour d’un roman, et c’est arrivé durant cette lecture ! Certains partis-pris d’écriture sont intéressants et aide à rendre le récit captivant : je pense notamment à certains passages au présent de narration qui renforce l’intensité des scènes ou encore cette façon de placer en fin de chapitre une ou deux lignes concernant les activités des antagonistes, on comprend qu’ils fomentent un mauvais coup mais sans savoir quoi et ça attise beaucoup la curiosité.

Le mode de narration est pour le moins original. Je n’ai pas pu m’empêcher de penser que je suivais une partie de jeu vidéo tout au long de ma lecture. La façon de chorégraphier les combats, de présenter les adversaires, de recevoir les indications concernant la quête, la manière de trouver les objets et de les attribuer aux personnages en fonction de leur classe … J’ai eu l’impression de voir mises en mots mes sessions sur Diablo III ou The Witcher et loin d’être dérangeant cela m’a beaucoup plus ! Cela confère une patte spécifique, originale et reconnaissable à l’auteur qui se démarque avec efficacité.

En dépit de quelques facilités scénaristiques et de menues maladresses, Secrètement est un roman maîtrisé mené tambours battants, prenant, surprenant, maîtrisé et donc … réussi !

 

Pour découvrir mon avis en vidéo, c’est par là (j’y donne des détails, exemples et éléments différents que ceux utilisés dans cet article 😉 ) :

 

Pour voir ou revoir l’interview de l’auteur réalisée par mes soins c’est par ici :

[1] L’eau, la terre, l’air, le feu, le fer, l’électricité et les plantes

Vous aimerez peut-être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *